Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 05/08/2019

Thomas Ulbrich, responsable de l’électromobilité de Volkswagen, convaincu de l’adhésion des clients à la voiture électrique

Article publié le 7 février 2019

Pour respecter ses objectifs de CO2 en 2030, Volkswagen a réévalué à la hausse ses objectifs de vente de véhicules électriques qui devront atteindre à cette date plus de 30% de ses volumes. "Le consommateur suivra", assure Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen en charge de la division électro-mobilité.

L’annonce de l’engagement du groupe Volkswagen dans le développement de véhicules électriques en 2015 a suscité beaucoup de scepticisme au moins autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise. L’année suivante, l’annonce de la montée en puissance des volumes jusqu’à 1 million de véhicules pour la seule marque Volkswagen en 2025, laisse là encore beaucoup de personnes dubitatives. Depuis, le groupe et la marque ont déroulé leur plan : 50 modèles BEV (pour "battery electric véhicle") et 30 PHEV (pour "Plug-in Hybrid Electric Vehicle") en 2025 et plus de 300 véhicules électriques en 2030. Les annonces d’investissement ont suivi et avec le chiffre conséquent de 30 milliards d’euros dans une première vague, le développement d’une plateforme dédiée à l’électrique, MEB (Modular Electrification Toolkit) avec l’ambition d’y atteindre un volume cumulé de 15 millions de véhicules d’ici 2025/2026.

Ces chiffres à la mesure de la taille du groupe constituent comme les dirigeants le disent eux-mêmes "la plus grande offensive mobilité électrique d’un constructeur automobile". Mais ces chiffres qui ont été définis pour répondre à la règlementation européenne sont-ils réalistes ? Et si les clients n’étaient pas au rendez-vous ? Nous avons posé la question à Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen en charge de la division électro-mobilité qui rencontrait hier quelques journalistes à Paris.  "Il y a un an, j’aurais eu peur de cette question parce que à l’époque il aurait vraiment été difficile d’y répondre. Mais aujourd’hui, je n’ai pas peur de cette question parce que je suis convaincu que le consommateur achètera un véhicule électrique. Ce qui me rend confiant : toutes les voitures électriques que nous avons dans le groupe actuellement disponibles sont épuisées. Si vous voulez acheter une e-Golf aujourd’hui vous devez attendre 6 à 8 mois. L’expérience des derniers mois nous donne réellement la confiance dans l’avenir de la voiture électrique pour peu que l’on atteigne le niveau de prix auquel le client s’attend. Et nous allons maintenent combiné cette réponse avec ce que je vous ai dis sur la MEB qui permettra d’atteindre un prix convenable grâce aux importantes économies d’échelle que nous avons", a-t-il répondu.

Nommé à ce poste il y a tout juste 1 an, le 1er février 2018, Thomas Ulbrich, directement rattaché à Herbert Diess (à la fois patron de la marque VW et du groupe) a également pour mission de venir à bout des résistances en interne. "C’est mon job de convaincre dans l’entreprise et de préparer ce changement majeur. Nous sommes convaincus que nous pourrons atteindre ce changement. Chaque changement est difficile et plus l’entreprise est grande plus c’est difficile."
Les salariés de Zwickau premier site entièrement reconfiguré pour accueillir la plateforme MEB pour la production de série des véhicules électriques bénéficient d’un vaste programme de formation pour les convaincre que ce changement est une bonne opportunité pour préserver leur emploi, a précisé le dirigeant.
L’heure de vérité approche puisque le premier véhicule de cette plateforme MEB, l’ID, une compact du type Golf, sera présentée dans sa version série à la fin de cette année pour une commercialisation début 2020. Suivront un SUV, ID Cross fin 2020, tandis qu’est confirmé d’ici 2022 la sortie d’une berline type Passat.
Thomas Ulbrich a rappelé que le constructeur travaillait toutes les dimensions du sujet qui est à la fois un changement de technologie et suppose aussi pour un constructeur automobile "un changement radical d’état d’esprit". Volkswagen se préoccupe donc de la qualité de fabrication de l’énergie dans la chaine de production avec un objectif d’énergie 100% renouvelable pour la production de batterie et sur le site de production de Zwickau (avec certificat de compensation si nécessaire). Volkswagen assure également viser un objectif de "zéro CO2" à l’usage (et proposera en Allemagne des contrats d’électricité verte) et aussi dans la seconde vie et le recyclage des batteries avec un projet de réutilisation des matériaux pour lequel un site pilote ouvrira au premier semestre 2020. "Nous ferons des voitures neutres en CO2 autant que possible", a dit Thomas Ulbrich.

Depuis la définition cette "roadmap E", l’adoption du règlement européen a sévérisé les objectifs par rapport à ce qui avait été initialement prévu par la commission européenne et le groupe Volkswagen va s’y adapter. "Ce qui va être fait sera supérieur à ce qui était prévu pour nous conformer à l’augmentation de réduction de CO2 entre 2021 et 2030 à -37,5%", a dit Thomas Ulbrich. Le groupe a refait ses calculs en tenant compte de cette nouvelle donne qui implique une part de 40% de véhicules électrifiés dans ses ventes de 2030 dont 80% de BEV. "Nous avons une très bonne base avec la planification que nous avons faite au cours des deux dernières années et demie. Nous sommes confrontés aux nouveaux défis et nous y parviendrons", a ajouté le dirigeant qui estime que le groupe aura le temps de s’y adapter.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017