Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 05/07/2019

L’Etat débloque des fonds pour les infrastructures de recharge dans les copropriétés et les collectivités territoriales

Le gouvernement a annoncé hier deux mesures pour accélérer le déploiement des bornes de recharge avec le financement de 50% des installations dans les 3 000 premières copropriétés et une prise en charge pour les collectivités territoriales qui s’engageront sur l’installations de bornes de recharge dans un rayon de 500 m du domicile des propriétaires de véhicules électriques.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, ministre des Transports ont annoncé ce jeudi des mesures très attendues pour accélérer le déploiement de bornes de recharge dont l’accès sera déterminant pour que le marché du véhicule électrique décolle, ce qui n’est toujours pas le cas.

"Alors que 90% des recharges interviennent aujourd’hui au domicile, 7 millions de ménages disposent d’une place de parking en copropriété où l’installation d’un point de recharge n’est pas toujours aisée et 12 millions de ménages ne disposent pas du tout de place de stationnement privative", précise le communiqué des ministres.

Pour tenter le débloquer la situation, le gouvernement a pris deux mesures nouvelles. L’une concerne les copropriétés avec la prise en charge de 50% des coûts pour l’acquisition des équipements, l’infrastructure pour l’ensemble de la copropriété et les travaux d’installation (y compris ceux de pré-équipement) pour "les 3 000 premières copropriétés de France qui se lanceront dans la démarche de s’équiper en bornes de recharge". Ce financement est accessible dès aujourd'hui, précise le gouvernement.
L’autre concerne les collectivités territoriales avec un financement à hauteur de 2 160 euros par borne si elles s’engagent à installer "un point de charge à moins de 500 mètres du lieu de résidence ou de travail de tous les propriétaires et utilisateurs de véhicules électriques qui en font la demande". S’y ajoute la prise en charge des coûts de raccordement au réseau électrique à hauteur de 75% (ce qui est prévu dans le projet de loi d’orientation des mobilités en cours de discussion au Parlement).

"Les deux mesures de soutien annoncées aujourd’hui permettront de simplifier l’utilisation de véhicules électriques, et donc d’inciter toujours plus de Français à en acquérir. Elles sont le résultat du renforcement du programme Advenir, porté par l’Avere, dont l’objet est de soutenir financièrement l’installation de bornes collectives dans l’espace public et privé, via les certificats d’économie d’énergie", précise le communiqué.
La PFA a salué cette décision : "Les mesures annoncées figurent parmi celles que nous réclamions. Elles vont dans le bon sens. Le déploiement des infrastructures est en effet une condition indispensable de l’émergence du véhicule électrique. C’est une question de crédibilité pour les politiques qui sont engagées : quelle crédibilité, en effet, pour la politique qui vise à encourager le consommateur à préférer l’électrique, si le territoire n’est pas doté des infrastructures indispensables pour recharger son véhicule ?", indique-t-on à la PFA.
L’objectif de "décarboner" l’usage automobile qui figure dans projet de loi d’orientation des mobilités (fin de la vente de véhicules neufs à énergies fossiles en 2040) oriente de fait le marché automobile vers le véhicule électrique.
Actuellement 26 000 points de charge sont disponibles aujourd’hui et l’Etat s’est engagé à porter leur nombre à 100 000 d’ici 2022 dans le cadre du contrat stratégique de filière.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Et pendant ce temps la l’etat Veut fermer 18 réacteurs,interdire les villes aux automobiles électriques ou fumantes.
Fabriquer du courant avec des machines impitolotables et inmaitrisables les nuits d’anticyclone est du domaine de l’impossible,l’Allemagne nous en apporte la preuve avec aucune fermeture d’usine.....malgré les promesses.
Le problème des bornes va être le squat,celui qui sera branché y restera le temps de faire ce qu’il a à faire.
La facturation Tesla qui double une fois la recharge terminée n’empêchera pas le quidam de garder sa place tant convoitée.
De belles pages d’incivilités vont s'écrire Dans nos copros,ainsi va-la vie imposée par notre lycéenne.
alain boise, Le vendredi 05 juillet 2019

C'est étonnant ce besoin que vous avez d'étaler votre bêtise ici tous les matins ? Comment expliquez vous cela ?
;0)
Lucos, Le vendredi 05 juillet 2019

Risque effectivement à moyen terme d'avoir un souci entre les résidents d'une même copropriété si les bornes sont squattées toujours par les mêmes individus. Charge rapide indispensable dans ce cas…
;-(
clerion, Le vendredi 05 juillet 2019

Le titre de l'article commence par "L'Etat débloque …" C'est un bon début ...

Depuis le départ de Nhulot et les européennes, on se remet à l'écologie, c'est "vendeur" coco !…
Financement de 50% des installations dans les 3 000 premières copropriétés çà ressemble plus à un effet d'annonce qu'à autre chose … Car pour passer de 26 000 points de charge aujourd'hui à l'engagement des 100 000 en 2022, Il va falloir envoyer du lourd les gars ! … Et encore aucun critère de puissance n'est précisé et pour cause …
Clerion souligne les engorgements à la borne dans les "copros" comme il n'y a pas si longtemps le camarade Duchêne promettait des rixes pour les mêmes raisons ou à peu près …

Sinon question pollution, que fait l'état pour l'augmentation du recyclage du plastique ou la restauration d'une filière industrielle des consignes en verre … A part pas grand chose … !

Si si chef !.. On va interdire les emballages "plastique à usage unique" pour 2025 … C'est après 2022 déjà et aux industriels et au "vilain marché capitaliste" de s'organiser pour (c'est pas le mot qui me venait immédiatement …) !
"Ben oui quoi nous on légifère, peu importe si c'est pas réaliste, on s'en fout, c'est "pas nous pas nous" qui assurons la mise en œuvre !"
;0)
ADEAIRIX , Le vendredi 05 juillet 2019

Notre pays est au bord de la faillite, on ferme des écoles, et des hôpitaux, les services régaliens sont à l'agonie, mais on est capable de dépenser des fortunes pour des VE dont personne ou au mieux, une infime minorité de privilégiés ne veut ! Va comprendre.
Autre interrogation : on a décidé d’éradiquer les voitures à Pétrole dans 20 ans...
Alors que va t-on faire de la gazole et de l'essence qu vont sortir des tours de raffinage ? les brûler ? les jeter à la mer ?
Je me pose la question
jean-marie méchin, Le vendredi 05 juillet 2019



17 modèles français dans le top 20 des ventes ce semestre
Russie : le marché automobile clôture le semestre en baisse (-2,4%)



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017