Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 27/11/2017

BMW investit dans un centre de R&D dédié aux batteries en Bavière

Le constructeur va investir 200 millions d’euros dans un laboratoire dédié aux batteries qui ouvrira ses portes à Münich en 2019. Il travaille en outre sur la 5e génération de son groupe motopropulseur électrique qui sera plus compact, moins coûteux, et plus écologique, n’utilisant plus de terres rares.

Le groupe BMW, qui compte trois usines de batteries (en Allemagne, aux Etats-Unis et, depuis peu, en Chine avec son partenaire Brilliance), a annoncé qu’il allait consacrer 200 millions d’euros, au cours des 4 prochaines années, dans un nouveau centre de R&D dédié aux batteries. Installé à Munich, ce centre ouvrira ses portes en 2019 et emploiera 200 personnes. Le constructeur a pour objectif de créer une nouvelle génération de batterie capable d’offrir une autonomie de 700 km d’ici 2021 (ou 100 km pour des hybrides).
"Nos experts internationaux mèneront des recherches pour affiner la chimie cellulaire et la conception des cellules. Ils travailleront aussi sur l’amélioration de la durée de vie, la sécurité, la charge et aussi les coûts des batteries", indique Klaus Fröhlich, responsable de la R&D du groupe, dans un communiqué.
D’autres experts travaillent sur le développement de la cinquième génération du groupe motopropulseur électrique de BMW, qui sera commercialisé en 2021. Grâce à l'intégration du moteur électrique, de la transmission et de l'électronique de puissance dans un seul composant, le groupe motopropulseur sera plus compact, plus léger et moins coûteux à produire.  En outre, il ne nécessitera plus l’utilisation de terres rares, affirme le constructeur.
"A partir de 2020, nous serons capables d'adapter tous nos modèles à n'importe quel groupe motopropulseur, en fonction de la demande. Cette flexibilité signifie que l'entreprise sera en mesure de répondre à la demande prévue de plusieurs centaines de milliers de véhicules électrifiés en 2025". Tous les véhicules électrifiés du groupe sont intégrés dans le système de production existant et sont ainsi produits dans dix usines dans le monde, au côté de modèles thermiques.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Batterie graphème ?
alain boise, Le lundi 27 novembre 2017

Cela dépend du phonème ?
;0)
Lucos, Le lundi 27 novembre 2017

... Euhhh ... 200 millions d’euros, au cours des 4 prochaines années, dans un nouveau centre de R&D dédié aux batteries … Même si il ne s’agit pas de l’entièreté des investissements dans l’électrique de la part de BMW … En terme d’enjeu financier, çà tranche terriblement avec la dernière déclaration de Mathias MULLER concernant la programmation de 34 Mds d’euros d’investissements sur la période 2018 / 2022 chez VW …

Certes les deux constructeurs ne chassent que très partiellement sur les mêmes marchés, mais l’écart est « hénaurme »…

Au-delà, la sagesse c’est probablement la flexibilité, , élaborer des plateformes qui peuvent accueillir « n'importe quel groupe motopropulseur, en fonction de la demande »… PSA semble avoir choisi cette voie, également ... Dans un monde incertain et complexe : Il faut être agile et savoir virer de bord facilement …
ADEAIRIX, Le lundi 27 novembre 2017

"n'utilisant plus de terres rares". Bonne nouvelle, dans la mesure où ce qui remplacera les TR ne sera pas aussi rare, précieux, limité, dans des pays "pas-trop-démocratiques".
Bruno HAAS, Le lundi 27 novembre 2017

«  L’avenir appartient aux petits et aux rapides plutôt qu’aux gros et aux lents »
Eberhardt von Kuenheim dans les années 80
Depuis BMW a grossi mais reste agile...
Jean-Michel CAVRET, Le lundi 27 novembre 2017

Cher Jean-Michel, Kuenheim n'a fait que reprendre ce qu'Elles disent depuis des lustres : il vaut mieux une petite qui frétille qu'une grosse qui roupille...
(Ceci dit, je ne suis pas sûr que ce post reste longtemps en ligne)
Bruno HAAS, Le lundi 27 novembre 2017

Pa sûr que zézette soit d'accord avec vous...
;0)
Lucos, Le lundi 27 novembre 2017

Commentaire sur la phrase ci-dessus :
"élaborer des plateformes qui peuvent accueillir « n'importe quel groupe motopropulseur, en fonction de la demande »… PSA semble avoir choisi cette voie, également"

Contraintes des VE :
- le moteur électrique + réducteur à 1 ou 2 trains de pignons + le boitier électronique, le convertisseur, ... et leurs radiateurs thermiques, ... occupent un volume dans le compartiment moteur à peu près équivalent à un moteur thermique et sa BV
- reste à loger la batterie et son système de refroidissement : aujourd'hui > à 400 kg pour 50 kwh, en général dans le plancher ...

==> les plateformes ne peuvent pas être les mêmes ...

==> ce qui est sous-entendu dans l'article : les véhicules seront produits dans les mêmes lignes de production, des mêmes usines ...
NB : c'est déjà le cas de la Zoé qui est fabriquée à Flins depuis 2012, sur les mêmes lignes de production que la Clio ...
JG, Le lundi 27 novembre 2017

JG
au moins les versions thermiques de ces plateformes auront un grand coffre...
;0)
Lucos, Le lundi 27 novembre 2017

Merci pour ces précisions techniques cher JG.
Comme je n'y connais pas grand chose, je vous pose la question de savoir si on peut espérer un jour voir apparaître des batteries qui ne seraient pas sujettes à l'échauffement, donc ne nécessitant plus de système de refroidissement.
Bruno HAAS, Le lundi 27 novembre 2017

Oui merci cher JG pour votre précision en lien avec la phrase issue de l'article ... Faudrait pas s'emballer, des fois ...

Si vous pouviez détailler celle-ci "nous serons capables d'adapter tous nos modèles à n'importe quel groupe motopropulseur" toujours issue de l'article

Sans vouloir abuser ... enfin c'est vous qui voyez ...

ADEAIRIX, Le lundi 27 novembre 2017

Et le gros rapide vous en faites quoi M Cavret?
alain boise, Le lundi 27 novembre 2017

? Une manière de confession de foi Alain ... 😏
ADEAIRIX , Le lundi 27 novembre 2017

... "le risque de goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement des matières premières s'accroît" selon Matthias Watcher, de la BDI . D'autres sources prétendent qu'il s'agit de désinformation (en tous cas l'échelle planétaire ...).

En tous cas en lien avec ce thème :
https://www.usinenouvelle.com/article/en-allemagne-crainte-d-une-penurie-de-metaux-utilises-pour-les-batteries-des-vehicules-electriques.N618553

Plaise à la rédaction de le maintenir ....
ADEAIRIX, Le lundi 27 novembre 2017

Alors là, Alain, je m'incline (si j'ose dire)...
Bruno HAAS, Le lundi 27 novembre 2017

Qui peut arrêter l'éléphant chargeant,qui a pu arrêter Sir W Churchill,qui rattrape les Alls blacks lancés,attention BM de ne pas mettre les doigts dans la prise ,regardez Tesla et ses batteries a 40000 $,c'est tellement cher que la régie préfère les louer pour cacher le prix,repensez a la phrase de CG ,non je ne veux pas fabriquer mes batteries,curieux non de la part d'un pionnier alors que la famille Quant à traîné des pieds pour le VE ...
C'est vrai que les Chinois ont fait fort en interdisant les fumantes,feraient mieux de balayer devant leur porte ceux lâ avec leurs crachats et poêle à charbon puants.....
alain boise, Le lundi 27 novembre 2017

Il ne faudra pas confondre mise en batterie et mise en bière... ;-) quoique ;-(
clerion, Le lundi 27 novembre 2017

Clérion, les batteries c'est pour les grosses caisses...
;0)
Lucos, Le lundi 27 novembre 2017

C'est quand même beau comme de l'antique...finalement les constructeurs auto et avec quelques coup de pied aux fesses, il semble qu'ils commencent à devenir moins bêtes, et puisque tout le monde demarre presque en pied d'égalité et chez nous on sait faire des moteurs électriques... il n'y a pas de raison de ne pas emmerder les allemands!
Si nous rajoutons la fiabilité... ce qu'ils ne savent pas faire les allemands, nous serons les rois du pétrole a roulettes sans fumées! Je suis prêt a le croire... mais ne me decevez pas!
Jo Duchene, Le lundi 27 novembre 2017

@ Adeairix : Commentaire sur la phrase :
"A partir de 2020, nous serons capables d'adapter tous nos modèles à n'importe quel groupe motopropulseur, en fonction de la demande. Cette flexibilité signifie que l'entreprise sera en mesure de répondre à la demande prévue de plusieurs centaines de milliers de véhicules électrifiés en 2025"

C'est de la com ...!, mais je la prends au 1er degré : sens gestion de production ...
Aujourd'hui, les usines produisent indifféremment des véhicules diesel, essence, hybride, ... en fonction de la demande des commerciaux ...
Demain, les usines produiront indifféremment, donc d'une manière "flexible" (!), des versions diesel, essence, hybride et électrique, pour répondre aux demandes des commerciaux ...
Mais avec des plateformes personnalisées pour les versions diesel et essence, plus voire bcp plus pour les hybrides (fonction du niveau d'hybridation) et carrément différentes pour les électriques, car pour gagner qq % d'autonomie il faut optimiser dans les détails ...
En fait, rien de nouveau : le travail habituel des Engineerings et Manufacturings des constructeurs ...
JG, Le lundi 27 novembre 2017



Plus de 250 groupes référencés dans l'édition 2018 de l'Annuaire des groupes de distribution automobile
David Descottes nommé directeur général d’Izmocars France, trois autres nominations



Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017