Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 22/07/2019

Ville apaisée ou irritée : à Bruxelles, le 30 km/h fait débat

(AFP) - A Bruxelles, les autorités locales ont décidé de réduire à 30 km/h la vitesse autorisée à l'horizon 2021, une mesure visant à encourager les déplacements "propres", en deux roues ou à pied, mais dont l'efficacité fait débat.

L'idée n'est pas révolutionnaire. A Berlin ou Madrid, 80% du réseau est déjà en "zone 30". Et ce sera le cas d'ici fin octobre à Lille (nord de la France), une grande ville se voulant elle aussi "plus respirable", avec moins de voitures.
A Bruxelles, le gouvernement régional constitué cette semaine (dominé par  les socialistes et les écologistes) se donne 18 mois pour "généraliser" cette limitation à 30 km/h qui concerne déjà 55% du territoire, dans des zones résidentielles, commerçantes ou aux abords des écoles.
Le 1er janvier 2021, assure-t-il, les limitations à 50 km/h et 70 km/h seront devenues l'exception réservée aux "voiries structurantes", les grandes avenues ou "la petite ceinture" autour du centre-ville avec ses tunnels vieillots.
Même avec ce délai, la mesure est jugée "ambitieuse" par les spécialistes, car il faut installer des ralentisseurs et prévoir les contrôles de vitesse sans lesquels "ça décrédibilise tout le système".
"Sans aménagements, nos études montrent que 90% des conducteurs ne respecteront pas les 30 km/h", souligne à l'AFP Benoît Godart, porte-parole de Vias, l'agence belge de sécurité routière. "Si c'est pour mettre deux panneaux annonçant un début et une fin de zone 30, et basta, ça ne sert à rien", ajoute-t-il.
Reste donc à trouver les budgets pour ces équipements, à la fois à la région et dans les 19 communes de la capitale (la responsabilité de la voirie est partagée entre ces niveaux de pouvoir), ce qui a suscité des grincements de dents dans l'opposition de droite.
Sans surprise, le 30 "généralisé" irrite aussi les chauffeurs de taxis, qui dénoncent une décision "inutile". "La congestion du trafic empêche de dépasser 30 ou 40 km/h", dit à l'AFP Fethi Dhib, qui exerce ce métier depuis 1987 à Bruxelles.

"Usagers vulnérables"
Une situation observée également à Moscou ou à Londres, qui figurent très haut au palmarès des capitales embouteillées.
A Londres, c'est perdre son temps d'envisager une nouvelle limitation à 15 miles par heure (environ 24 km/h), car "la vitesse moyenne est de 6 miles (10 km) par heure dans le centre", a protesté récemment sur la BBC Steve McNamara, de la Licensed Taxi Drivers Association.
Mais dans les capitales où pullulent désormais les trottinettes électriques en plus des bicyclettes, ces limitations synonymes d'"espace public apaisé" trouvent aussi leurs défenseurs.
"Nous nous réjouissons de l'écoute que le nouveau gouvernement a porté aux attentes légitimes des cyclistes bruxellois", ont réagi les associations Gracq et Fietsersbond, des militants historiques de la pratique du vélo au quotidien. Celle-ci est en constante hausse à Bruxelles.

Benoît Godart (Vias) relève que la zone 30 offre "plus de sécurité aux usagers les plus vulnérables, piétons, cyclistes". "Un piéton heurté par un véhicule roulant à 30 km/h a grosso modo trois fois plus de chance de survie que si (...) le véhicule roule à 50", poursuit-il.
D'où la nécessité de revendiquer, en complément des limitations de vitesse, "plus d'infrastructures cyclables séparées", estime Dudley Curtis, un cycliste rencontré dans le quartier européen de Bruxelles. "Se retrouver mêlé au trafic (...) c'est parfois terrible", affirme ce Britannique de 42 ans. Un avis partagé par Parthena Papadopoulou, une fonctionnaire grecque de l'UE... mais pas pour les mêmes raisons. En tant que piétonne, c'est "plutôt des vélos" dont elle dit se méfier : "ils ont tous les droits et nous on a rien, ils foncent et voilà".
Concernant la limitation à 30, Mme Papadopoulou pointe une certaine incohérence des pouvoirs publics. "Petit à petit ils veulent supprimer la voiture, mais viennent pleurer quand les usines ferment", lâche-t-elle.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Ahhh le chantage à l’emploi cher à Lucos..allez fermons tout, et sous les pavés ..la plage
alain boise, Le lundi 22 juillet 2019

Y a au moins 1 fonctionnaire (grecque de surcroît ) qui a du bon sens et lâche quelques vérités...bonnes à entendre !
;0)
ADEAIRIX , Le lundi 22 juillet 2019

Sur le papier, les pistes cyclables sont évidemment une bonne idée.
Dans la pratique, c'est souvent la quadruple peine pour les automobilistes (mais c'est j'imagine bien fait pour eux ?) :
1/ l'automobiliste subit des mois de travaux qui congestionnent un peu plus
2/ l'automobiliste contribuable paie la piste cyclable
3/ la voirie pour voiture a généralement perdu une voie une fois les travaux terminés
4/ l'automobiliste continue de rencontrer des vélos sur "sa" voie car le cycliste n'empreinte pas systématiquement la piste cyclable (qui selon les cas est mal fichue, pas du bon côté pour son trajet, encombrée, ou même parce qu'il la juge souvent sale avec risque accru de crevaison...)
Jean-Louis Duffour, Le lundi 22 juillet 2019



Garac : 13 stagiaires sur 16 signent un CDI en concession VGF à l’issue de leur CQP
Financement : Fiat Chrysler renouvelle son accord avec le Crédit Agricole



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017