Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 02/07/2019

Ivan Segal, directeur du commerce France de Renault : "Nous avons fait un bon semestre de résistance"

Avec une part de marché de 25,5% pour les marques Renault et Dacia (en VP), le groupe Renault cède un peu de terrain à l’issue du premier semestre 2019. La marque compte sur la Twingo phase 2 et surtout la Clio 5 pour relancer les volumes au deuxième semestre.

Avec une part de marché de VP de 19% (18,97% pour être précis) pour la marque Renault et 6,5% (6,56% exactement) pour la marque Dacia, le groupe Renault finit le premier semestre à 25,5% de part de marché. C’est pratiquement 1 point de moins que l’année précédente.
En VUL, le groupe est à 31,4% (avec 0,35% pour Dacia), ce qui représente une amélioration de presque 0,4 point.
Comme à son habitude, la marque a fini le trimestre avec sur des niveaux plus élevés, le mois de juin étant bien meilleur que les mois d’avril et mai.
Ivan Segal nommé directeur commercial France à partir du 1er avril a pris ses fonctions à un moment où les performances du groupe n’étaient pas très bonnes. "On n’arrive jamais au moment idéal. Au niveau du groupe nous sommes à -2,51% en VP et VUL avec une part de marché à 26,7% et un bon mois de juin à 29,6%. Nous arrivons à un moment charnière après 5 ans de déploiement d’un plan de renouvellement de la gamme Renault et Dacia et sans nouveauté depuis le lancement de Duster [début 2018, NDLR]", explique le directeur.
Dans ce contexte, il analyse les résultats de Renault comme "un bon semestre de résistance". "On savait que ce serait difficile. Nous perdons 0,5 point de part de marché (VP et VUL) par rapport à 2018 où nous avions fait un bon premier semestre. Nous allons attaquer un deuxième semestre plus positif avec le lancement des nouveautés", précise-t-il.

Ces nouveautés ce sont d’abord, la Twingo phase 2 dont, nous a-t-il dit, "les commandes sont en hausse de 20%". Ce sera aussi la Clio 5 dont "les commandes sont en ligne avec nos prévisions", nous a-t-il précisé. Pour en voir la traduction dans les immatriculations à particuliers et entreprise il faudra attendre juillet/août.
Dans les immatriculations du mois de juin on compte 14 464 immatriculations de Clio 4 et 5 (selon les données Autoways) soit 6,26% de part de marché. Les deux Clio (dont la 4 restera encore quelques mois au catalogue) sont loin devant la 208 à 4,21% de part de marché. Dans ce total, les Clio 5 sont essentiellement des véhicules de démonstration (3 941 immats VD pour la Clio en juin). Cette implantation dans les réseaux concessionnaires et aussi d’agents (avec 1 VD par agent) a permis à la Clio de faire un record sur un semestre "le meilleur depuis 2011", souligne Ivan Segal. "L’accueil Clio 5 est bon. Les prises de commandes et le mix sont en ligne avec nos prévisions. Nous avons mis l’accent dans les formations vendeurs pour qu’ils fassent des essais. Le retour que nous avons est que les vendeurs transforment bien après l’essai", nous a dit le dirigeant.

La position de Renault sur le segment des particuliers reste élevée pour l’ensemble du groupe (25,58% de PDM) au premier semestre. Les résultats entre Renault et Dacia se sont rapprochés avec 14,49% pour Renault (2e sur ce segment à fin juin derrière Peugeot à 15,06%) et 11,09% pour Dacia (à quasi-égalité avec Citroën à 11,11%).
"Nous sommes en fin d’une phase de renouvellement. La nouveauté impacte les particuliers ce n’est pas une surprise et nous avons plutôt bien résisté à particuliers", estime Ivan Segal.
C’est sur le segment C (autrefois point fort de la marque) que la situation est la plus difficile. En juin Renault a regagné des places dans le hit-parade avec la Mégane (2,43% de PDM, 9e) devant la 308 (12e avec 2,2% de PDM) mais sur l’ensemble du premier semestre elle reste derrière à la 12e place (avec 2,09% de PDM et 24 338 immats) alors que la Peugeot 308 se classe 8e (2,59% de PDM avec 30 243 immatriculations).
"Le segment C est plus difficile pour nous mais nous arrivons à tenir la tendance du segment qui est à -4,9%", nous a dit Ivan Segal.

Avec 1 845 immatriculations, la Zoé représente 0,8% du marché et ne décolle pas malgré l’importante médiatisation du véhicule électrique. "Ce qui ne décolle pas, c’est le marché du véhicule électrique et Zoé se débrouille plutôt bien. Nous tenons nos parts de segment mais sur un segment qui ne progresse pas à grande vitesse", nous a répondu Ivan Segal.
La nouvelle Zoé sera lancée dans le courant du deuxième semestre "entre octobre et novembre", la date n’ayant pas été annoncée officiellement.
Le dirigeant estime que l’arrivée de modèles concurrents permettra un décollage du véhicule électrique. "Nous pensons que ce marché va croître très fortement stimulé par les marques elles-mêmes. Nous travaillons un plan de développement et nous avons l’intension de tenir nos parts de marchés."
A la fin du premier semestre, la Zoé représente avec 8 877 immatriculations 42% du segment des véhicules électriques devant la Tesla Model 3 (15,34% avec 3 223 immats) et la Nissan Leaf (9,39% de PDM, 1 973 immats).

Les performances de Dacia sont beaucoup plus stables et moins sensibles aux nouveautés. Ainsi sur le hit-parade tous canaux, la Dacia Sandero se classe au 5e rang (7 406 immatriculations) à quelques unités de la Renault Twingo (7 494 unités) et reste largement en tête sur le canal des particuliers (5 870 unités, 5,87% de PDM) devant la 208 (4 975 unités, 4,98% de PDM) et la Renault Clio (4 602 unités, 4,6% de PDM).

Le marché VUL est un des points de performances de la marque Renault où ses volumes(+6,5% à fin juin avec 79 000 immatriculations) suivent le marché +5,6% au cumul (254 285 immatriculations). Renault y occupe les trois premières places avec les Kangoo (11,75% de PDM, 5 562 immatriculations), Master (7,38% de PDM, 3 491 immatriculations) et Trafic (6,96% de PDM, 3 291 immatriculations). "Kangoo fait son meilleur semestre depuis son lancement", souligne Ivan Segal.
Pour les mois qui viennent, le dirigeant s’inquiète de l’évolution des ventes aux particuliers qui sera "un point de vigilance pour réussir le deuxième semestre".
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017