Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 12/07/2019

Clap de fin pour la Volkswagen Coccinelle : la toute dernière sort d'usine

(AFP) - Mariachis, applaudissements et émotion : le tout dernier exemplaire de la mythique Coccinelle de Volkswagen est sorti mercredi de son usine mexicaine de Puebla (centre), mettant un point final à une épopée de sept décennies qui a marqué l'histoire de l'automobile.

Au son des mariachis jouant un classique mexicain et après avoir roulé quelques mètres sous les applaudissements, la voiture de couleur bleu métallisé a été immortalisée par les objectifs. Elle était entourée par les ouvriers de ce site qui a produit, depuis 1997, plus de 1,7 million de "New beetle" (en anglais on l'appelle "scarabée").
"Gracias Beetle", pouvait-on lire sur les t-shirts des travailleurs de l'usine, qui ont assemblé cet ultime exemplaire de la "Final Edition" en sept heures.
"C'est toujours triste, c'est une partie de nous. C'est (le résultat de) notre travail quotidien pour obtenir le meilleur résultat. Oui, on est fier", a déclaré Francisco Bueno, un des salariés, présent depuis 25 ans dans cette usine.
Les 65 dernières Coccinelles de l'histoire, numérotées d'1 à 65 pour faire référence aux 65 années de présence de Volkswagen au Mexique, ne seront vendues que sur internet et au prix de 21 000 dollars (environ 18 500 euros).
"La perte de la Coccinelle après trois générations et près de sept décennies (au Mexique), doit provoquer une large palette d'émotions", a déclaré pendant la cérémonie Steffen Reiche, Président-directeur général de Volkswagen au Mexique.
L'annonce de l'arrêt avait été faite en septembre 2018 par le groupe. Le constructeur, qui se remettait à peine aux Etats-Unis du scandale retentissant des moteurs truqués pour masquer le taux de pollution, disait vouloir se concentrer sur les voitures familiales plus grandes et sur les véhicules électriques.
La "New beetle", sortie en 1997, n'avait presque plus rien en commun avec le grand ancêtre voulu par Hitler et né du génie automobile de Ferdinand Porsche, dont la production a commencé en 1938 et s'est achevée en 2003.
Ni avec la voiture de prédilection de la jeunesse des années 1960 et 1970 incarnant la génération "Peace and Love" et sa soif de liberté, qui se traduisait souvent par des "Käfer" (coccinelle en allemand) multicolores et couvertes de dessins d'immenses fleurs.

Icône pop art
Pourtant restait le trait essentiel : la bonhommie venant de la rondeur de sa silhouette, immédiatement reconnaissable même dans les modèles les plus récents. Et bien sûr les phares, faisant immanquablement penser à deux grands yeux sur un visage au sourire bienveillant.
L'original avait pourtant commencé par un passé guerrier en transportant des soldats de la Wehrmacht pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ce n'est qu'en 1945 qu'elle sera produite en masse dans une Allemagne occupée par les Alliés et deviendra véritablement la "voiture du peuple" ou Volkswagen en allemand.
Robuste, facile d'entretien, mais en même temps performante : elle part peu à peu à la conquête du monde et il n'y a guère d'endroits où les pneus de la Coccinelle n'ont pas laissé leurs traces.
La véritable consécration vient dans les années 1960. Le Beatle John Lennon fait sienne la petite voiture aux courbes arrondies et Andy Warhol la transforme en icône pop art, déclinant sa photo sur le modèle de sa fameuse "Marylin".
En 1968, Walt Disney en fait une star du grand écran avec "Un amour de Coccinelle", qui met en scène les aventures d'une très humaine auto "Herbie".
Les ventes aux Etats-Unis s'envolent : au sommet de sa gloire, elle est conduite par quatre millions d'Américains.
Vendue dans le monde entier grâce à sa réputation de solidité, de simplicité mécanique, et son prix raisonnable, son succès s'essouffla finalement dans les années 1970 et Volkswagen arrêta sa production en Europe en 1978.
La "Cox" finit par accuser le poids des années. Trop gourmande en carburant, une tenue de route fantaisiste, un freinage un peu trop discret et une concurrence -- y compris chez VW - avec la Golf.
Au Mexique, la "Vocho", comme on la surnomme, fut cependant si populaire que Volkswagen ouvrit en 1964 une usine de fabrication de la voiture.
La New Beetle, qui entre désormais dans l'histoire de l'automobile, a connu un grand succès sans jamais accéder au statut de légende de son ancêtre.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

... La coccinelle se retire sur la pointe des "pneus"au moment où les mini et les 500 vont apparaître avec une motorisation electrique ... bizarre voire étrange ?
Il est bien singulier. (regrettable?) que Vw n'ait pas choisi de s'appuyer sur le capital sympathie dont bénéficie largement la silhouette bettle pour "fourbir" une version électrique de la coccinelle ...si "adaptée" aux énergies "labellisées" douces ...
Il est vrai que contrairement à BMW ou Fiat, Vw n'a jamais su trouver la formule magique en terme de positionnement pour poursuivre "l'histoire" ...
C'est d'autant plus paradoxal qu'il existe chez Vw, le concept évoquant le fameux combi si iconique du "flower power" ...Celui là finira bien pas sortir même si pour l'instant il sert surtout de "vitrine" sur les salons et autres événements ...
Adieu monde cruel ...c'est le slogan trouvé par les gens de Publicis lors de l'arrêt de production de la "5" (la voiture pas la chaîne !).
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 12 juillet 2019

Für Lucos und so weiter...
Ohne Marienkäfer, wie kann man Blattläuse kontrollieren ?
;-)
clerion, Le vendredi 12 juillet 2019

Revers du design New beetle :
Habitabilité arrière/coffre vs encombrement extérieur pas vraiment favorable...
clerion, Le vendredi 12 juillet 2019

Oui clerion …. Et c'est là, sans doute, la raison principale du relatif insuccès de la new bettle puis de la "new" coccinelle …
Suffit pas de faire du revival, il faut cela ait du sens pour le consommateur …
Les côtes encombrement / habitabilité des Golf et de ses concurrentes conviennent nettement mieux à l'usage d'une "voiture du peuple" … Un territoire que les SUV "citadins" ont laaaaargement investis ces derniers temps", de surcroît !

A l'inverse la 500 et la Mini sont demeurées à peu près conformes à leur usage initiale (en France en tous cas), à savoir des citadines "pur sucre" … Avec quand même un gros de travail des équipes de marketing des deux constructeurs pour "valoriser" la cible clientèle ...

« Auf Wiedersehen " Die Marienkäfer !
;0)
ADEAIRIX , Le vendredi 12 juillet 2019

Le sujet des néo-rétro est un cas d'école car il ne suffit pas de reproduire l'original en version moderne mais aussi de reproduire la cote d'amour qui allait avec le modèle, à condition que cette cote existe vraiment.
Or de ce coté là la Cox, contrairement à ce que l'on croit, n'avait pas une telle cote d'amour que l'on retrouve sur la 500 ou la Mini, car elle était principalement achetée pour son petit prix d'où son succès dans le milieu des étudiants aux USA.
C'était un peu la berline low-cost des années 60 et 70 et elle a failli faire mourir VW de sa monoculture au moment où la seule remplaçante était la K70.
J'ai visité l'usine et la chaine de production de Wolfsburg avec mes parents en 1974, du Fordisme poussé à l'extrême !
Avec l'euphorie de la visite, des Cox vertes et oranges et des gros feux de la 1303,et une fois revenus en France, Mère devait remplacer sa vieille voiture et nous sommes allés l'essayer chez le concessionnaire du coin.
Fiasco total et refus de conduire un char pareil avec entre-autres le bras gauche coincé contre la porte.
La Cox n'était pas sympa à conduire et à utiliser (le coffre déjà) !
D'où le relatif échec de ces versions néo-rétro peut-être, le souvenir n'étant pas aussi parfait que le toit ouvrant de la 500 et le tableau de bord en bois massif de la mini ?
;0)
Lucos, Le vendredi 12 juillet 2019



Du prince au croque-mort, les automobilistes norvégiens carburent à l'électrique
Fiat donne le coup d'envoi à la production de la 500 électrique en Europe



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017